miércoles, 2 de noviembre de 2016

Jeanne Marie Thérèse Vandier d'Abbadie Aller à : navigation, rechercher

 

 

 

Jeanne Marie Thérèse Vandier d'Abbadie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jeanne Marie Thérèse Vandier d'Abbadie (né à Nuremberg, le , morte à Neuilly-sur-Seine le ) est une égyptologue française.
 Née en Allemagne d'une vieille famille protestante française, Jeanne grandit à Paris dans un milieu d'artistes et d'acteurs. Ayant obtenu son bac littéraire, passionnée de théâtre, elle joue de petits rôles sous la direction de Mme Lara[1]. Elle entre à l'École Nationale des Beaux-Arts puis à l'École du Louvre. Là, au Louvre, elle est fascinée par l'archéologie et suit des cours d'égyptologie auprès de Charles Boreux. Poursuivant ses études à l'Institut catholique de Paris, elle y rencontre Jacques Vandier, qu'elle épouse le . En 1932, elle part avec lui en Égypte pour y travailler au sein de l'Institut français d'archéologie orientale, jusqu'en 1936.
De retour à Paris en 1939, Jeanne Vandier aide le conservateur du musée du Louvre, son ancien professeur Charles Boreux, a évacuer les trésors du musée. Aucun objet n'a été détérioré durant la guerre et tous ont pu être réinstallés en 1946 sous la supervision de son mari qui devient le nouveau conservateur du musée.
En 1955, Jacques subit une attaque de poliomyélite et reste gravement handicapé des membres inférieurs. Il continue cependant son travail jusqu'à sa mort en . Les dernières années de Jeanne sont consacrées à la publication des recherches de son mari et à des projets inachevés comme des copies de textes du Moyen Empire égyptien du temple de Tod. Elle ne survit que quatre ans à son mari et décède à Neuilly-sur-Seine le .

wiki

Publications

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada